Accueil
Ni viande ni objet

Ni viande ni objet

Marie-France Bélanger, directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Martin Lambert, directeur des affaires étudiantes et communautaires et Maude Lambert, représentante de l’Association étudiante du Cégep de Sherbrooke ont dévoilé le thème de la campagne de prévention et de sensibilisation contre les violences sexuelles.

L’Association étudiante et le Cégep de Sherbrooke donnent le coup d’envoi à la campagne « Ni viande, ni objet : nous sommes contre les violences sexuelles »

Publié le 15 septembre 2016 sur le site web du Cégep de Sherbrooke

Le 15 septembre, la campagne « Ni viande, ni objet : nous sommes contre les violences sexuelles » a été lancée au Cégep de Sherbrooke. Initiée par l’Association étudiante du Cégep de Sherbrooke et orchestrée en collaboration avec certains organismes régionaux, cette vaste campagne de prévention et de sensibilisation contre les violences sexuelles vise non seulement à sensibiliser sur la violence sexuelle, mais également à donner des moyens concrets pour intervenir et contrer ce phénomène au quotidien. « Cette campagne, nous l’espérons, permettra aux étudiantes et aux étudiants d’être mieux informés, soutenus et outillés quant à cette problématique que nous avons toutes et tous le devoir d’enrayer. », mentionne Marie-France Bélanger, directrice générale du Cégep de Sherbrooke. Lancée dans la foulée du Mois d’échange et de sensibilisation sur les agressions sexuelles en milieu étudiant (MESSAGE), cette campagne sera déployée auprès de la communauté collégiale tout au long de l’année.

Une campagne qui vise plus large que les agressions sexuelles

Multiplateforme, la campagne sera synchronisée avec diverses activités régionales en lien avec les réalités auxquelles les étudiantes et les étudiants sont confrontés. Plusieurs actions seront mises en œuvre sur le campus cet automne et au cours de l’hiver, notamment une équipe multidisciplinaire d’intervention sur le campus, des conférences thématiques, une série d’affiches traitant d’aspects liés aux violences sexuelles tels le consentement, l’objectification, la pornographie, l’hypersexualisation, l’intervention des témoins, les ressources et une page dédiée sur le site Internet du Cégep de Sherbrooke et sur Facebook . « Par la campagne que nous déployons aujourd’hui, nous souhaitons nous attaquer aussi à l’hypersexualisation, aux commentaires dénigrants, aux regards trop insistants, etc., car malheureusement sur un campus de près de 7 000 personnes, ces comportements sont bel et bien présents », rappelle Martin Lambert, directeur des Affaires étudiantes et communautaires au Cégep de Sherbrooke.

Des initiatives de prévention et de sensibilisation pendant toute l’année

La campagne commencera par la Semaine de prévention et de sensibilisation qui se tiendra au Cégep de Sherbrooke du 19 au 23 septembre. Pour l’occasion, des kiosques d’information et de sensibilisation seront en place tous les midis en présence d’intervenants provenant d’organismes régionaux dont le Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel de l’Estrie (CALACS) Agression Estrie, le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels de l’Estrie (CAVAC) et le Service de police de Sherbrooke.

D’autres initiatives seront aussi déployées tout au long de l’année dont une soirée sexto, une conférence en compagnie du rappeur Koriass et de l’enseignante en philosophie au Cégep de Sherbrooke et auteure Véronique Grenier et une trousse d’information et de conduite pour les lieux de rassemblements publics tels les bistros et les bars. Le personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke a également été invité à intégrer certains thèmes reliés à ce sujet dans leurs cours ou leurs activités pédagogiques.

Un besoin exprimé par les étudiantes et les étudiants

Développée par et pour les étudiantes et les étudiants, cette campagne répond à un besoin exprimé par la communauté collégiale : la nécessité de s’informer et de s’outiller sur cette problématique, à laquelle elle est confrontée au quotidien. « Comme étudiante, comme jeune femme, c’est malheureusement trop facile de le constater au quotidien : que ce soit dans les lieux publics, les lieux de travail et d’études, sur Internet, à l’intérieur de nos cercles sociaux ou dans nos relations; le commentaire ou la blague déplacée n’est jamais bien loin. En fait, et c’est une grande partie du problème, on finit presque par ne plus voir ces violences sexuelles. Comme si c’était la norme en quelque sorte. », affirme Maude Trudel, représentante de l’Association étudiante du Cégep de Sherbrooke.

Plus spécifiquement, les objectifs de « Ni viande, ni objet : nous sommes contre les violences sexuelles » sont de sensibiliser la communauté collégiale en l’informant sur la notion de consentement et sur ce que sont les violences à caractère sexuel, de susciter une remise en question positive, de faire la promotion des bonnes pratiques et de mettre de l’avant les ressources et les outils disponibles.

En savoir davantage sur la campagne « Ni viande, ni objet : nous sommes contre les violences sexuelles »

 

Source :

Jennifer Potvin
Conseillère en communication
819 564-6350, poste 5125
Cellulaire : 819 349-4579
Jennifer.Potvin@cegepsherbrooke.qc.ca