Accueil
Le point sur le cannabis

Le point sur le cannabis

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Remboursement d’achats de cannabis légal : L’AÉCS remet les pendules à l’heure

Sherbrooke, jeudi 4 octobre 2018 – Le conseil exécutif de l’Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AÉCS) tient à mettre les choses au clair. Réuni.es en assemblée générale le mercredi 3 octobre dernier, les membres de l’AÉCS ont adopté une résolution à l’effet d’encadrer l’achat de cannabis avec le budget des associations de programme et comités de la même façon que l’alcool.
Des dépenses liées à l’achat de cannabis pourraient donc être remboursées conformément aux procédures en vigueur. « Mais cette décision purement administrative, précise d’emblée Raphaël Ballard Emond, coordonnateur. Il n’a jamais été dans l’intention des membres de l’AÉCS de faire la promotion de la consommation de cannabis, mais plutôt de répondre à une question légitime des membres quant aux modalités de remboursement d’une substance qui sera bientôt légale au même titre que l’alcool. »

Aux lendemains de la légalisation du cannabis, il ne faut pas s’attendre à ce que les étudiant.es consomment sur les campus du Cégep de Sherbrooke, qui est un établissement sans fumée. «Évidemment, l’AÉCS respecte les lois et règlements en vigueur. Comme c’est toujours le cas, les remboursements se feront dans le respect de procédures strictes, notamment l’obligation de fournir une facture. L’achat de ‘’pot’’ acheté illégalement ou sur le marché noir ne sera pas autorisé », de poursuivre Raphaël Ballard Emond.

Une proportion infime des dépenses de l’AÉCS

En 2017-2018, le budget total de l’Association étudiante du Cégep de Sherbrooke était d’environ 300 000 $. Sur ce montant, près de 8000 $ ont été alloués aux budgets d’associations de programme. Une foule de dépenses sont couvertes par ces budgets, notamment liées au bal des finissantes et finissants, au soutien à des projets artistiques et académiques, à des t-shirts et à de la nourriture.

« À titre d’exemple, l’an dernier, l’association de technique policière a fait un don à un organisme qui oeuvre auprès des personnes atteintes de sclérose en plaques. Il y a donc une foule de dépenses à faire avant de peut-être penser acheter de l’alcool. À preuve, c’est moins de 500 $ du budget total qui a été utilisé en dépenses d’alcool l’an dernier. Nous croyons que les sommes remboursées pour du cannabis seront tout aussi dérisoires. »

Le comité exécutif de l’AÉCS déplore la grande attention portée à cette décision. « Énormément d’attention est portée à l’égard de cette décision administrative visant à s’adapter aux nouvelles lois. Elle risque même de ne jamais être appliquée. Pendant ce temps, personne ne parle du nouveau projet de parrainage d’une personne réfugiée voté en assemblée générale, ou du fait que les étudiant.e.s en ont assez d’être exploité.e.s via des stages non-rémunérés », conclut Raphaël Ballard Emond.

Voici le libellé de la résolution adoptée par les membres de l’AÉCS en assemblée générale le 3 octobre 2018 : Considérant la légalisation de l’achat et de la consommation du cannabis et la politique de l’AÉCS relative à l’achat de l’alcool ; Il est proposé que l’AÉCS encadre l’achat du cannabis avec le budget des associations de programme et comités de la même façon que l’alcool.

– 30 –